Menu
logo

Angry Birds et NSA : nos applications mobiles sont-elles minées ?


Angry Birds et NSA...Il y a quelques heures seulement, une révélation venait ébranler tous les passionnés d'Angry Birds et autres jeux mobiles : leur application préférée serait utilisée par la NSA comme porte d'accès vers leurs données privées.

Vicente Diaz, chercheur au sein du GReAT de Kaspersky Lab, analyse le procédé utilisé et les moyens à la disposition des utilisateurs pour se protéger : " Il n'est pas surprenant d'apprendre que des organisations tentent de tirer profit d'applications à priori anodines pour récolter des informations. Les données que fournissent des jeux comme Angry Birds sont utiles pour les développeurs tout autant que pour les publicitaires, alors pourquoi pas les agences de renseignement ? De nombreuses applications permettent à un individu de jouer avec ses amis et ses contacts, créant un véritable réseau. Si nous analysons plus en détail le cas d'Angry Birds, sa dernière version requiert l'accès aux données de géolocalisation, à l'état du téléphone, ou encore aux SMS, de façon à pouvoir cibler les publicités qui sont diffusées pendant une partie de jeu. Cependant, une tierce personne qui aurait accès à ces informations aurait alors plus d'information sur vous que vous ne souhaiteriez sûrement en communiquer. À l'échelle d'une application, le problème n'est pas bien grave, mais il s'agit là d'un simple exemple. Il faut s'imaginer que nous acceptons de partager nos données privées avec pratiquement toutes les applications que nous téléchargeons sur notre smartphone, et qu'elles communiquent toutes des informations sur nous qui pourraient éventuellement être agrégées et utilisées à des fins que nous ne connaissons pas. À l'heure actuelle, les utilisateurs sont pris au piège de ce système car refuser de partager ses informations privées avec une application revient le plus souvent à refuser de télécharger l'application. Faut-il pour autant arrêter de télécharger ce type d'application sur son smartphone ? Non bien sûr, car cela n'empêcherait pas les utilisateurs d'être espionnés. Nous n'avons pas de visibilité sur le nombre d'applications surveillées et l'étendue des programmes de renseignement, et le problème va donc bien au-delà d'Angry Birds. "

Publié le 29 janvier 2014 par Emmanuel Forsans

Commentaires des lecteurs

Soyez le premier à commenter cette information.

Partager