Menu
logo

Kaspersky Lab, consulté par Ubisoft pour valider le scénario de son jeu Watch Dogs


Vitaly Kamluk, chercheur principal en sécurité au sein de l'équipe internationale de chercheurs et d'analystes (GReAT) de Kaspersky Lab, commente : " Lorsque nous avons entendu parler du jeu pour la première fois, nous avons été vraiment intrigués. Ubisoft s'est montré assez crédible concernant la prévision des futures menaces et la tournure que pourraient prendre nos villes dans 5 ou 10 ans. Nombre des actes de piratage mis en scène dans le jeu sont d'ores et déjà une réalité et illustrent ce qu'il pourrait arriver si le contrôle des systèmes tombait entre de mauvaises mains. Le joueur peut lui-même en prendre le contrôle et observer les problèmes causés aux personnes de son entourage. En poussant à l'extrême, il peut semer le chaos dans la ville. Ses actions pourraient même blesser, voire tuer, des gens. "

Watch Dogs

Une équipe d'experts de Kaspersky Lab a été consultée par les développeurs du prochain jeu d'action et d'aventure Watch Dogs, dont le lancement mondial est prévu aujourd'hui par Ubisoft, l'un des leaders de la production, l'édition et la distribution de jeux interactifs. L'objectif de cette coopération était d'éviter tout excès de sensationnalisme ou toute interprétation erronée dans le domaine du cyberespace et de rendre aussi crédibles que possible les cyber-scénarios, aussi bien dans le déroulement du jeu que dans l'évolution des personnages et de l'intrigue.

Watch Dogs raconte l'histoire d'Aiden Pearce, un pirate informatique brillant dont le passé criminel est à l'origine d'une violente tragédie familiale. Désormais à la recherche de ceux qui ont fait du mal à ses proches, le joueur pourra espionner ses ennemis en piratant tout ce qui est relié au réseau central de la ville de Chicago (ctOS), se servant ainsi de celle-ci comme d'une arme ultime pour se venger.

L'équipe de développement de Watch Dogs a contacté les experts en sécurité de Kaspersky Lab début 2013, peu après la publication par la société d'une longue étude consacrée à la campagne de cyber-espionnage Red October. L'opération Red October correspond à une série d'attaques détectée en 2012 après au moins 5 ans d'activité. Elle ciblait les représentations diplomatiques et les administrations à travers le monde pour leur dérober des données et des renseignements géopolitiques. À cette époque, l'essentiel du jeu Watch Dogs était déjà achevé et les développeurs n'avaient plus qu'à en peaufiner le scénario pour le rendre plus réaliste. C'est ici que les experts de Kaspersky Lab sont entrés en scène. Ceux-ci ont prodigué des conseils techniques et des recommandations sur ce qu'ils jugeaient exact et sur ce qui pourrait être perfectionné ou corrigé afin que le déroulement du jeu et l'intrigue paraissent plus authentiques sur le plan technique.

A titre d'exemple, la plupart des actes de piratage perpétrés dans le cours du jeu consistent à infecter des systèmes automatisés. C'est là une tendance relativement nouvelle, apparue il y a quelques années avec le ver Stuxnet, qui s'attaquait aux systèmes industriels de pilotage d'un site nucléaire iranien. Cela montre comment un programme informatique peut causer des dégâts concrets, puisque Stuxnet a endommagé des équipements physiques. Or cela est également possible dans le jeu Watch Dogs.

Vitaly Kamluk ajoute : " Bien que certaines de ces attaques soient très similaires à celles observées dans le monde réel, cela reste fort heureusement une simulation ! Il faut comprendre que Watch Dogs n'apprend pas à pirater mais peut donner une idée de la puissance potentielle d'un outil de piratage. Nous espérons que ce jeu va sensibiliser le public aux questions de sécurité des réseaux dans les villes du futur qui doivent être prises très au sérieux car une attaque pourrait avoir des conséquences catastrophiques. "

" Cette collaboration avec Kaspersky Lab nous a aidés à renforcer l'authenticité technique du jeu ", souligne Thomas Geffroyd, Brand Content Director pour Ubisoft. " Nous avons dû prendre certaines libertés pour préserver le côté ludique et l'accessibilité, c'est pourquoi Vitaly et son équipe nous ont conseillés sur la façon adéquate d'intégrer ce contenu à un jeu vidéo. "


Plus d'informations sur Ubisoft
Publié le 28 mai 2014 par Emmanuel Forsans

Commentaires des lecteurs

Soyez le premier à commenter cette information.

Partager