Menu
logo

Plus de 2 milliards d'euros d'aides au cinéma en Europe

L'Observatoire européen de l'audiovisuel publie un nouveau rapport


  • En 2009, les fonds d'aide publics basés en Europe ont versé quelque 2,1 milliards d'euros au secteur du cinéma et de la télévision.
  • Les dépenses de ces fonds ont augmenté pratiquement sans interruption depuis 1998 et ont stagné en 2009 due aux pressions exercées sur leurs revenus.
  • La croissance des dépenses s'est accompagnée d'une rapide expansion du nombre de fonds (208 en 2004, 280 en 2009), principalement due à la création de fonds régionaux.
  • Les pouvoirs publics et la télévision sont les principales sources de financement des fonds d'aide, même si ces derniers cherchent à élargir leur base de revenus.
  • En 2009, plus des deux tiers des dépenses ont été consacrées à la production (toutes phases confondues), la promotion gagnant en importance.

Ces constatations sont extraites d'un nouveau rapport de l'Observatoire européen de l'audiovisuel, qui fait partie du Conseil de l'Europe à Strasbourg. " Les aides publiques aux œuvres cinématographiques et audiovisuelles en Europe " analyse les fonds cinématographiques de 37 pays européens entre 2005 et 2009, et offre un aperçu de l'ampleur et de la portée de leurs activités.

Les fonds régionaux se sont rapidement multipliés

Nombre de fonds d'aide identifiés en EuropeLe financement cinématographique en Europe est un secteur dynamique : 280 fonds étaient actifs à divers niveaux administratifs en 2009, soit 72 fonds de plus que le nombre identifié en 2004, date du dernier recensement de l'Observatoire.

Tous les pays européens, à l'exception de quatre d'entre eux, disposent d'un fonds cinématographique national. Toutefois, la majorité des fonds se trouve à l'échelle infranationale (communautés, régions, municipalités), qui a connu la plus forte dynamique de création : 57 fonds régionaux ont été créés entre 2004 et 2009, surtout en France, Norvège, Italie et Pologne, la dynamique se poursuivant jusqu'en 2010/2011 dans ces deux derniers pays. La tendance semble néanmoins s'inverser au Royaume-Uni, avec la consolidation de certains fonds régionaux.

Les dépenses de soutien ont augmenté régulièrement depuis 1998 mais ont plafonné en 2009

Parallèlement à la croissance rapide du nombre de fonds, le montant du financement que ceux-ci ont alloué au secteur a régulièrement augmenté depuis 1998, atteignant 1 milliard d'euros en 1999 et 2 milliards en 2008. En 2009, toutefois, le changement du contexte économique a commencé à se faire sentir : avec la pression constante exercée sur les revenus, les dépenses ont stagné.

Les pouvoirs publics et la télévision sont les principales ressources financières des fonds

Cette pression s'est surtout exercée sur la principale source de revenu des fonds, à savoir les pouvoirs publics aux niveaux paneuropéen, national et régional, dont la contribution aux revenus 2009 atteint environ 54 %. Les taxes et les divers types de contributions de l'industrie de la télévision ont également joué un rôle essentiel (28 % du total). Face aux contraintes budgétaires croissantes subies par ces deux sources, les décideurs politiques ont cherché de nouvelles façons de financer les fonds, notamment en faisant appel à d'autres utilisateurs de contenu audiovisuel, tels que les services de VàD et la télévision sur internet.

La production est la principale cible des dépenses, mais la promotion gagne en importance

Ventilation par activité pour l'ensemble des fonds en Europe 2009En 2009, les différentes phases de la production (de l'écriture à la post-production) ont attiré 69 % (1,4 milliard EUR) des dépenses totales des fonds d'aide, reflétant à la fois la mission axée sur la production de nombreux fonds et le montant élevé des subventions accordées dans ce domaine.

Environ 65 % des dépenses totales en production ont été consacrés à des films, courts ou longs métrages, et 28 % à des œuvres télévisuelles. L'aide à la distribution et à l'exploitation était également importante, en particulier pour les fonds nationaux, et l'aide à la promotion est l'un des domaines qui s'est le plus développé au cours de la période étudiée par ce rapport.

Les aides publiques aux œuvres cinématographiques et audiovisuelles en Europe" Les aides publiques aux œuvres cinématographiques et audiovisuelles en Europe - édition 2011 " (158 pages) publié par l'Observatoire européen de l'audiovisuel en trois versions linguistiques (français, allemand et anglais), est la mise à jour d'un rapport essentiel sur le même sujet, publié par l'Observatoire en 2004 (1). Il se concentre sur les fonds cinématographiques en activité aux niveaux paneuropéen, national et infranational et s'intéresse à leurs activités d'aide au cinéma, à la télévision et aux nouveaux médias. L'édition 2011 fournit des informations détaillées sur le nombre de fonds, leurs revenus et sources de financement ainsi que sur les dépenses de soutien et les différents types d'activités soutenus. Les données générales incluent le total des dépenses de soutien pays par pays et la répartition des dépenses nationales/infranationales. Elles couvrent principalement la période 2005-2009, avec une actualisation 2010/2011 pour chaque pays. Ce rapport donne également un bref aperçu de divers thèmes spécifiques, notamment les mesures d'incitation fiscale en Europe, le financement de la transition vers le cinéma numérique, les contributions des radiodiffuseurs aux revenus des fonds et les initiatives interrégionales.

Plus de renseignements sur : www.obs.coe.int/oea_publ/funding/fundingreport2011.html

Publié le 26 janvier 2012 par Emmanuel Forsans

Commentaires des lecteurs

Soyez le premier à commenter cette information.

Partager