Menu
logo

Cloud Gaming : Interview de Guy De Beer, CEO de PlayCast

Première partie de l'interview (1/2)


Rencontre avec Guy de Beer (CEO de Playcast) et Ivan Lebeau (Manager France de Playcast)

AFJV : Pouvez-nous nous présenter la société PlayCast?

Ivan Lebeau (Manager France de Playcast) - Guy de Beer (CEO de Playcast)Guy de Beer : Nous sommes un " pure player " du cloud gaming. Nous avons créé la société en 2007, et son siège social est à Mishmarot, en Israël. C'est là que travaillent l'essentiel de notre équipe, essentiellement des ingénieurs. Nous avons actuellement 40 employés, et nos effectifs grimpent rapidement. Nous avons levé des capitaux auprès de deux fonds de capital-risque. Le premier est américain et s'appelle MK Capital représenté par Yaer Landau, ancien Président de Sony Pictures Digital et de Sony Online Entertainment. Il a amené avec lui JVP, le plus grand fond de capital-risque Israélien.

Qu'est-ce que le service Playcast ?

Pour simplifier, c'est l'équivalent d'une chaîne de télévision que nous diffusons via les fournisseurs de TV numérique. Cette chaîne permet de jouer à des jeux vidéo. Notre métier consiste donc à acquérir des licences de jeux, ceux auxquels les joueurs ont l'habitude de jouer sur console, puis à les intégrer à notre technologie, afin que les utilisateurs puissent y jouer depuis un décodeur TV classique.

Quelles ont été les principales étapes du développement de votre service ?

En 2008, nous avons mis au point un premier prototype opérationnel fonctionnant sur réseau câblé. Nous avons déployé notre technologie à grande échelle sur le câble en 2009, lancé notre premier service commercial en 2010, puis un autre service en Asie, l'année dernière. Aujourd'hui, nous prévoyons de commercialiser trois autres nouvelles plateformes dans la première moitié de 2012, dont celle que nous venons d'annoncer avec Bouygues Telecom au Printemps 2012.

" Notre service se veut un investissement bon marché et accessible à tous, plus abordable que les consoles. "

Pouvez-vous expliquer exactement ce qu'est le cloud gaming ? Cette nouvelle technologie est souvent évoquée, mais reste encore très abstraite pour les consommateurs.

Guy de Beer (CEO de Playcast)Fondamentalement, le cloud gaming consiste à charger et calculer un jeu " en nuage ", c'est-à-dire que toutes les données audio et vidéo du jeu sont générées par un serveur distant, contrairement aux consoles qui génèrent ces données localement. Il n'y a donc aucun calcul effectué du côté du " client ". Cela permet aux utilisateurs de jouer à n'importe quel type de jeu, même aux plus sophistiqués, sur n'importe quel appareil, comme un décodeur TV. Vous n'avez pas besoin de console, pas besoin d'ordinateur. Vous avez juste besoin d'une manette, mais vous pouvez aussi utiliser un smartphone, ou une tablette comme l'iPad. Nous avons une application très simple à utiliser sur ces appareils.

Quelle est l'offre que vous lancez en partenariat avec Bouygues Telecom ?

Nous ne pouvons pas encore parler des titres qui seront disponibles chez Bouygues Telecom car la plate-forme ne sera lancée qu'au printemps. En revanche je peux vous donner des exemples de jeux que nous avons déjà signé pour notre service Playcast : Sonic Generations, Street Fighter IV Special Edition, Lego Batman, Batman, Colin Mc Rae, DiRT2, Toy Story 3, Homefront, Warhammer 40K, Metro 2033, F.E.A.R.2, et plein d'autres jeux. Nous voulons que le pack soit très accessible. Au Portugal, le service coûte 7 €, à Singapour 7 dollars de Singapour (ce qui fait également 7 €). Le prix chez Bouygues Telecom n'est pas encore communiqué, Je pense en outre que nous aurons bientôt des accords avec d'autres éditeurs.

Quel public visez-vous ?

Pour faire simple : tout le monde. La télévision est un produit familial, son public est très large, et son accessibilité constitue un avantage indéniable. Un enfant peut mettre la chaîne " Jeu " et facilement commencer à jouer, tout comme une femme au foyer de 40 ans. C'est très différent des consoles, où les hommes et les adolescents sont majoritaires. Nous essayons donc de mettre en place un catalogue qui soit divertissant pour toute la famille. Les enfants dès sept-huit ans sont pour nous une cible intéressante, parce qu'ils jouent souvent beaucoup et savent déjà identifier les bons jeux. Mais nous visons également les adultes, comme par exemple les " veteran gamers ", qui jouaient il y a quelques années à la PlayStation 2, mais qui l'ont mis au placard.

Notre service se veut un investissement bon marché et accessible à tous, plus accessible que les consoles.

L'annonce de ce partenariat entre Bouygues Telecom et PlayCast précise qu'il s'agit d'une première en Europe. En réalité, un service de cloud gaming a déjà été lancé l'an Guy de Beer (CEO de Playcast)dernier par un autre opérateur en France. Quelle différence faites-vous ?

Pour être précis, nous avons inauguré le premier service de cloud gaming en Europe, en 2010, au Portugal. Pour ce qui est de la France, il y a en effet une plateforme qui est déjà en place et qui répond à la définition du cloud gaming. Mais il s'agit essentiellement de jeux casual, alors que nous nous concentrons sur les jeux console.

Comment, techniquement, votre service peut-il proposer des jeux de qualité console ?

Pour le dire simplement, nous réalisons le calcul vidéo en temps réel. Cela signifie que dès que le jeu produit une image, elle est déjà prête à être envoyée et décodée par la box. Par ailleurs, nous avons également optimisé sur plein de points la vitesse à laquelle la vidéo s'affiche. Nous avons ainsi été capables de réduire drastiquement le temps de latence.

" A l'heure actuelle, il n'y a que trois solutions de cloud gaming qui fonctionnent vraiment bien. "

D'un point de vue économique, le cloud gaming est une technologie pour l'instant partagée entre plusieurs modèles. Quel est celui que vous avez retenu ?

Nous nous appuyons sur un système de distribution déjà opérationnel. Par exemple, quand nous lançons le service avec un opérateur, il y a un environnement existant, avec un public quantifiable et un lien de facturation déjà en place. Les clients de l'opérateur peuvent accéder à un nouveau service de jeux à distance : l'opérateur facture le service supplémentaire, et nous rétribue sur cet abonnement. Pour avoir le même système en s'adressant directement au consommateur, il faudrait créer un nouveau lien de facturation, ce qui est très difficile à mettre en place.

Lire la suite de l'interview...

Publié le 27 janvier 2012 par Emmanuel Forsans

Commentaires des lecteurs

Soyez le premier à commenter cette information.

Partager