Menu
logo

Pokemon Go & DDoS : l'industrie du jeu vidéo dans le viseur des hackers


PokémonsAlors que la France se prépare à la sortie imminente de l'application Pokemon Go, certains joueurs à l'international s'inquiètent de l'arrivée de nouveaux utilisateurs sur des serveurs déjà largement sous pression. Les discussions sur les réseaux sociaux concernant le niveau de saturation des serveurs et les bugs à répétition qui en découlent sont légion, obligeant même Niantic à réagir il y a quelques jours. Mais l'incroyable popularité de l'application n'est pas seule en cause. Les serveurs de Pokemon Go ont été la cible de plusieurs attaques DDoS, revendiquées par différents groupes de hackers.

David Emm, chercheur en sécurité chez l'expert en cyber sécurité Kaspersky Lab explique : "A sa sortie en juillet, Pokemon Go est instantanément devenu un phénomène mondial, attirant des millions de joueurs et donc forcément des cyber criminels. Les serveurs Nintendo ont déjà connu un certain nombre de problèmes liés au trafic et leurs attaquants ont parfaitement conscience que l'entreprise ne peut pas se permettre d'avoir des serveurs en panne ou inactifs. Cela en fait une cible privilégiée pour des attaques DDoS.

Bien qu'un certain nombre de groupes de cyber criminels ait revendiqué ces attaques, il est difficile de vérifier la véracité de leurs affirmations. Et ce n'est pas le cœur du problème. Ce qui compte vraiment pour Nintendo et pour les joueurs de Pokemon Go est de protéger les serveurs et les données des joueurs, de maintenir la continuité de service et de préserver sa réputation et celle des entreprises derrière Pokemon Go. Mais ce n'est pas un tâche aisée, car les attaques DDoS sont perpétrées par plusieurs groupes au motifs variés : nuire à la réputation de l'entreprise, attirer l'attention sur des revendications politiques ou sociales, et bien sûr la perspective de possibles gains financiers.

Le volume d'attaques DDoS a augmenté au cours des dernières années car le coût pour réaliser ces attaques a chuté. En parallèle, elles sont devenues plus sophistiquées et plus difficiles à contrer. Les cyber criminels enquêtent sur leur cible et choisissent les modes d'attaques qui ont le plus de chances de succès. Ils agissent en temps réel, de façon à pouvoir ajuster leurs tactiques et utiliser des outils différents dans le but de faire le plus de dégâts. En retour, se protéger demande donc une approche spécifique avec des outils spécifiques."

Publié le 21 juillet 2016 par Emmanuel Forsans

Commentaires des lecteurs

Soyez le premier à commenter cette information.

Partager