Menu
logo

VFX-Workshop : Une nouvelle école dédiée à la filière technique des effets spéciaux numériques

Fondée par Renaud Jungmann, VFX-Workshop propose, sur un cursus de 3 ans, une nouvelle approche des techniques infographiques totalement spécialisée pour les Effets spéciaux et la postproduction


VFX-WorkshopRenaud Jungmann a annoncé ce jour la création d'une nouvelle école dédiée aux effets spéciaux numériques qui propose un cycle de 3 ans pour former la nouvelle génération de techniciens expert des effets spéciaux numériques. Située à Paris, VFX-Workshop accueillera ses premiers étudiants à la rentrée 2017.

Une nouvelle approche née d'un constat

VFX-Workshop s'appuie sur l'expertise de Renaud Jungmann, qui dispose de 24 ans de pratique et d'encadrement pédagogiques. Il pointe les raisons qui ont présidé à sa création. "Les mesures fiscales incitatives mises en place par le gouvernement pour faciliter la relocalisation des productions d'animation ont eu comme résultat positif une forte demande de jeunes diplômés qui ont la chance de pouvoir trouver un travail à la sortie de leur cursus", explique le fondateur de VFX-Workshop. "Pour autant, bon nombre de studios d'envergure, en France comme à l'étranger, pointent un clair manque de talents sur un grand nombre de métiers, avec un gros problème d'encadrement et un déficit très sensible sur les métiers à forte densité technique (1)." Le métier de TD's (pour Technical Directors) est particulièrement sollicité.

Une filière soutenue par le CNC

VFX-Workshop ouvre ses portes dans un contexte favorable également au regard plan de soutien mis en place par le CNC. En janvier dernier, le Centre National de la Cinématographie a dévoilé plusieurs mesures visant à renforcer l'attractivité des entreprises françaises : "Les talents français sont là, très nombreux et réputés. Notre ambition avec ce plan pour les effets spéciaux est de faire de la France un leader mondial dans ces nouvelles technologies de l'image", expliquait Frédérique Bredin, Présidente du CNC. "L'objectif de ce plan est de faire du secteur des effets spéciaux une filière d'excellence, à l'instar de celle de l'animation. Il va permettre, en renforçant les entreprises et l'attractivité du territoire, de créer près de 15 M€ d'activité supplémentaire par an."

C'est cette dimension technique que VFX-Workshop entend mettre en avant : connaissance des outils, des gestes techniques, des principes de workflow utilisés dans les effets spéciaux numériques et l'image photo-réaliste.

Une pédagogie qui repense l'enseignement technique

Les créateurs d'effets spéciaux numériques doivent aujourd'hui maîtriser les outils techniques à un très haut niveau. Ils doivent savoir produire des images de synthèse d'un réalisme absolu afin de permettre au réalisateur de film ou de série d'emmener le spectateur dans des univers de plus en plus riches, de plus en plus complexes, de plus en plus maîtrisés. Ils créent la magie tout en la gardant crédible ou réaliste.

Sur cette base, Renaud Jungmann et son équipe ont monté un cycle de 3 ans. Les critères d'entrée sont volontairement ouverts : "Les détenteurs d'un baccalauréat peuvent intégrer VFXWorkshop sans prérequis autour d'une maîtrise logicielle, ni même un savoir-faire en dessin, au contraire d'autres écoles. Ce qu'il faut, c'est une sensibilité visuelle réaliste, une approche rigoureuse techniquement parlant… et la motivation à utiliser un ordinateur de manière soutenue pendant ces 3 années".

La première année est consacrée à l'apprentissage des fondamentaux de l'imagerie numérique - modélisation, rendu, montage, compositing ; l'année 2 met l'accent sur la gestion des dynamiques (poils, fourrures, cloth, fluides).

Enfin, la dernière année s'affranchit du traditionnel film de fin d'études au profit d'une approche singulière. "Nous avons choisi de partir d'une analyse d'une séquence existante de film pour que l'étudiant apprenne à en identifier les éléments numériques qu'il va devoir créer, en s'intégrant dans la vision du réalisateur", précise Renaud Jungmann.

Autre élément-clé de la pédagogie : s'habituer à savoir présenter son travail et expliquer les différentes étapes et choix visuels. En Français et en Anglais. "L'enseignement de l'anglais est une priorité à VFX-Workshop", souligne Renaud Jungmann : c'est un atout indéniable et incontournable aujourd'hui pour comprendre ce qui se passe au niveau international. L'école en fait une priorité pour que l'étudiant(e) soit capable à l'issue de sa formation de parler aisément de son projet en anglais. Ainsi, tous les cours de culture générale sur l'histoire des VFX sont en anglais.

Un encadrement professionnel, des classes restreintes

VFX-Workshop est constituée d'une équipe pédagogique permanente à laquelle viennent s'ajouter des professionnels en exercice. Les effectifs, volontairement restreints, permettent un suivi personnalisé et un meilleur apprentissage "pour que nous puissions offrir, même aux étudiants qui n'ont pas une grande pratique de l'informatique et des outils logiciels, un environnement propice à faire émerger leurs talents".

VFX-Workshop ouvrira ses portes en septembre 2017 et les inscriptions sont déjà ouvertes. "Nous proposons aux étudiants et à leurs familles de venir nous rencontrer sur notre site parisien, dans le 15e arrondissement de Paris, pour leur expliquer la démarche et le socle de notre enseignement".

Une journée Portes Ouvertes est organisée le samedi 24 juin à partir de 10h : rencontres avec l'équipe, conférence, étude de cas et présentation de la pédagogie sont au programme.

Avec cette volonté d'ouvrir une école entièrement dédiée aux effets spéciaux numériques, dans une dimension à la fois technique et réaliste, VFX-Workshop apporte une valeur-ajoutée dans le secteur de la formation. Elle permettra l'émergence de TD's français dans un secteur en demande croissante.

Publié le 26 juin 2017 par Emmanuel Forsans

Commentaires des lecteurs

Soyez le premier à commenter cette information.

Partager