Menu
logo

Signature d'un partenariat entre l'Institut pour le financement des Industries Culturelles et Bpifrance

Emmanuel MACRON, ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique et Fleur PELLERIN, ministre de la Culture et de la Communication, saluent ce partenariat


Les entreprises du secteur de la culture et de la communication représentent environ 2,5% du produit intérieur brut et emploient plus de 450 000 personnes. En participant au renouvellement de la création française, ces entreprises participent également, de façon décisive, au rayonnement international de la France.

Les pouvoirs publics sont particulièrement attentifs à ce que ces entreprises, malgré leur taille et leurs modèles économiques singuliers, qui les rendent souvent plus complexes à appréhender par les établissements bancaires généralistes, puissent accéder aux financements que requiert leur développement. C'est pourquoi Emmanuel MACRON, ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique et Fleur PELLERIN, ministre de la Culture et de la Communication saluent l'accord de partenariat qui vient d'être conclu par l'Institut pour le Financement des Industries Culturelles (IFCIC) avec son premier actionnaire Bpifrance.

Le partenariat entre l'IFCIC et Bpifrance repose sur deux piliers : d'une part, la possibilité pour l'IFCIC d'engager par délégation la garantie de Bpifrance, notamment pour délivrer aux banques un taux de garantie de 70% sur leurs crédits aux entreprises du secteur culturel ; d'autre part, un échange d'informations accru entre les deux établissements et une procédure appropriée d'orientation des dossiers, grâce à la mobilisation du réseau régional de Bpifrance, qui bénéficiera ainsi de l'expertise sectorielle reconnue de l'IFCIC.

Après la dotation exceptionnelle de 20 millions d'euros attribuée à l'IFCIC en 2014 pour renforcer son action en faveur du développement et de la transition numérique des industries culturelles et de l'image animée, le partenariat noué avec Bpifrance permet de démultiplier encore l'action de l'IFCIC en faveur de l'accès au crédit des entrepreneurs culturels, sur l'ensemble du territoire.

Pour Fleur PELLERIN : " Avec cet accord, les expertises et les moyens de l'IFCIC et de Bpifrance vont se compléter pour permettre aux entreprises du secteur culturel de bénéficier de leur accompagnement. L'entrepreneur est un créateur et la culture a besoin d'entrepreneurs ; nous voulons instaurer un dialogue bénéfique entre ces deux univers. C'était tout l'enjeu du Forum Entreprendre dans la Culture organisé par le ministère de la Culture et de la Communication la semaine dernière. "

Pour Emmanuel MACRON : " Le cinéma et les industries culturelles contribuent au développement et au rayonnement économique de la France, c'est un secteur économique à part entière qui doit pouvoir bénéficier d'outils dédiés. Le partenariat entre l'IFCIC et Bpifrance vient approfondir et professionnaliser le soutien de l'État à ces acteurs."


L'IFCIC (Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles) est un établissement de crédit créé en 1983 pour faciliter l'accès au crédit des entreprises culturelles. Grâce à des fonds dotés notamment par les pouvoirs publics, l'IFCIC garantit les crédits bancaires octroyés aux producteurs d'œuvres cinématographiques ou audiovisuelles ainsi qu'à toutes les entreprises exerçant une activité dans le domaine culturel. Il gère également plusieurs fonds d'avances en faveur de ces entreprises. A fin décembre 2014, l'encours des crédits garantis ou octroyés par l'IFCIC atteignait plus de 720 millions d'euros. Plus d'information sur www.ifcic.fr

Bpifrance, filiale de la Caisse des Dépôts et de l'État, partenaire de confiance des entrepreneurs, accompagne les entreprises de l'amorçage jusqu'à la cotation en bourse, en crédit, en garantie et en fonds propres. Bpifrance assure, en outre, des services d'accompagnement et de soutien renforcé à l'innovation, à la croissance externe et à l'export, en partenariat avec Business France et Coface. Fort de 42 implantations régionales, Bpifrance représente l'interlocuteur unique des entrepreneurs dans chaque région pour tous les besoins en financement et en investissement. Plus d'information sur : www.bpifrance.fr


Discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé en introduction de la table-ronde " Développer son entreprise à l'international : un enjeu pour les industries culturelles " au Forum Entreprendre dans la Culture, jeudi 26 mars 2015, à la Gaîté Lyrique

Discours de Fleur PellerinChère Isabelle Giordano,

Mesdames et Messieurs,

C'est un plaisir de participer à ce premier Forum Entreprendre dans la Culture organisé par le ministère de la Culture et de la Communication. Dans le contexte actuel, cet événement est essentiel car il nous rappelle que si la culture est le creuset de la citoyenneté et un vecteur d'émancipation et de liberté, elle est aussi un formidable levier de croissance et de développement pour nos territoires. La culture est un secteur porteur d'espoir, source d'emplois, d'innovation et d'attractivité pour notre pays.

Avec ce Forum, j'affirme avec force, sur les pas de Jack Lang : " culture et économie, même combat ! ". Avec ce Forum, nous refusons l'opposition entre culture et entreprise qui a porté préjudice à l'ensemble du secteur. Nous rappelons que l'entrepreneur est un créateur et que la culture a besoin d'entrepreneurs !

La culture a besoin des entrepreneurs parce qu'ils savent eux aussi proposer des solutions innovantes aux enjeux fondateurs de nos politiques culturelles. Ils peuvent recréer du lien avec le public, ils touchent des publics éloignés de la culture, grâce aux nouveaux usages notamment.

Avec ce Forum, j'ai aussi souhaité mettre l'accent sur la diversité des entrepreneurs de la culture : artistes, artisans, associations, entreprises et entrepreneurs sociaux et solidaires du secteur culturel, sont au coeur de la créativité et de la diversité entrepreneuriale de notre pays. Cette diversité est une chance !

Enfin, avec ce Forum, j'ai voulu encourager la visibilité et la reconnaissance de l'entrepreneuriat culturel. Il faut promouvoir l'économie de la culture et gagner la confiance des investisseurs. Trop souvent, l'entrepreneuriat culturel souffre de la méconnaissance et de la méfiance des investisseurs : nous devons répéter avec force que la culture est un secteur d'avenir qui contribue à 3,2% du PIB. Soit le poids cumulé de l'agriculture et des industries agroalimentaires ; c'est loin d'être négligeable !

Chers entrepreneurs, chers amis,

Je voudrais vous remercier d'être aussi nombreux au rendez-vous de l'entrepreneuriat culturel. Je tiens à saluer la Direction générale des médias et des industries culturelles pour sa mobilisation tout au long de ce Forum : 3 jours pour accueillir 33 tables-rondes et 3000 participants, c'est un vrai succès, presque un exploit !

Je me réjouis de pouvoir vous dire quelques mots en introduction de cette table-ronde consacrée au développement international de l'entrepreneuriat culturel qui est un atout majeur pour le rayonnement culturel de notre pays.

Les entrepreneurs culturels qui contribuent à l'attractivité et à l'innovation de notre pays, sont de formidables ambassadeurs de la culture française à l'étranger : ils insufflent un "désir de France", pour reprendre les propos du Premier ministre.

Le rayonnement de l'excellence française, c'est aussi l'enjeu de la mission que je vous ai confiée avec Matthias Fekl, chère Isabelle Giordano, et je suis certaine que vos conclusions nous permettront de mieux structurer et valoriser l'offre et les savoir-faire des entreprises françaises du secteur culturel.

Aujourd'hui, je tenais à être parmi vous pour saluer tous ceux qui par leur action sont des vecteurs de création et d'innovation technologique parfois, mais aussi d'innovations sociales, de services, et d'usages.

Mesdames et messieurs, vous faites partie des acteurs d'une politique culturelle moderne et tournée vers l'avenir. Vous incarnez un esprit de conquête précieux et partagé par le monde de la Culture.

Je souhaite que dans notre pays, chacun puisse créer, prendre des risques artistiques, entreprendre. Je veux faire du ministère de la Culture et de la Communication le ministère de tous les audacieux, et de la France une terre de création et d'innovation tournée vers les nouvelles frontières.

Je vous remercie.

Publié le 30 mars 2015 par Emmanuel Forsans

Commentaires des lecteurs

Soyez le premier à commenter cette information.

Partager