Menu
logo Webedia

Les 5 conditions pour qu'un jeu esport devienne une discipline olympique

Par Matthieu Dallon - Esport Strategy Advisor


Matthieu Dallon - Esport Strategy AdvisorPour dépasser le débat de la reconnaissance de l'esport comme un sport, et nourrir les échanges actuels, qui vont s'intensifier avec l'officialisation de Paris 2024, je partage ici une vision personnelle, devenue une conviction après 17 ans d'expériences fondatrices dans cet univers. A quelles conditions un jeu pourrait-il devenir une discipline olympique ? Le sujet n'est pas de définir un jeu esport, ou de lister les critères d'un bon jeu esport, mais simplement d'identifier les marches à gravir pour atteindre cet Olympe. Pour qu'un jeu devienne une discipline olympique, je pense qu'il doit être…

  1. Mondial et populaire : un jeu qui a rencontré son public, qui est un succès au regard de son nombre de joueurs actifs et de spectateurs, et dont les audiences sont internationales, c'est-à-dire réparties sur l'ensemble de la planète dépassant ainsi les frontières et les spécificités culturelles de certaines régions du monde.
  2. Gratuit : c'est-à-dire jouable sans sacrifice financier (modèle Free-to-play), et sans modèle économique basé sur des avantages liès à des sacrifices financiers (modèle Pay-to-win). Il est évident qu'un environnement technique (pc, console, accessoires, abonnement internet…) soit nécessaire pour pouvoir jouer, mais le jeu en lui-même doit rester universellement accessible par principe.
  3. Tout public : un jeu pouvant être joué par les enfants comme par les adultes, par les hommes comme par les femmes, et dont le contenu s'accorde avec les principes fondamentaux de l'olympisme, notamment la promotion d'une société pacifique.
  4. Compréhensible par tous : un jeu à portée universelle dans son expérience spectateur, c'est-à-dire un jeu dont la performance de l'athlète ou de l'équipe, dont l'exploit, est manifeste quand on le regarde.
  5. Structuré par une fédération internationale (FI) : c'est-à-dire un jeu pour lequel l'ayant-droit - le studio ou l'éditeur - aura constitué une fédération internationale garante de l'intégrité du jeu, regroupant différentes fédérations nationales ouvertes aux amateurs, et participant au sein du CIO au mouvement olympique.

Les candidats les plus évidents semblent être les simulations sportives (type FIFA ou les jeux de courses automobiles), et les FPS ayant fait un travail d'épuration de la violence (types Overwatch, Shootmania, Splatoon…), mais ces jeux pèchent par leur popularité en comparaison de League of Legends ou Dota2, qui eux-mêmes sont encore trop obscurs pour une grande majorité des êtres humains sur terre. Il n'y a évidemment aucune place aux JO pour Counter-Strike ou Call of Duty, et ce serait naïf de penser autrement. En ce 1er septembre 2017, aucun jeu ne satisfait ces 5 critères. Quelques-uns en remplissent 2 ou 3… mais si nous continuons à croire que c'est suffisant, nous n'y arriverons pas...

Alors, chers créateurs, modeurs, makers, artistes, chers décideurs de l'industrie ou simple passionné par cette aventure du XXIe siècle, travaillons à forger et réunir ces 5 conditions comme les 5 anneaux de l'esport olympique.


Plus d'informations sur Webedia
Publié le 11 septembre 2017 par Emmanuel Forsans

Commentaires des lecteurs

Marionnatik
Marionnatik
12 septembre 2017
Répondre
Bonjour,
Qu'est-ce qu' "un jeu pouvant être joué [...] par les hommes comme par les femmes" ? Pouvez-vous donner des contre-exemples?
Merci.
Matt
Matt
12 septembre 2017
Répondre
@Marionnatik :

La proposition, réduite à ce morceau, n'est effectivement pas claire.

L'Esport souffre d'une surreprésentation masculine (95 à 100% des compétiteurs sont des hommes, sur quasiment tous ses jeux phares) alors que les compétitions sont en général mixtes (c'est à dire ouvertes indifferement aux hommes et aux femmes, ou aux équipes mixtes).

Je ne vois aucune prédisposition à la performance liée au sexe, j’en déduis donc que c’est l’attractivité des jeux qui est en cause, leur affinité avec un large public féminin.

En concevant des jeux esports intégrant des codes, références, univers, héros, mécaniques (…) qui s’adressent et séduisent aussi bien les hommes que les femmes, nous rattraperons probablement ce déséquilibre. Et ce point me semble essentiel pour contribuer à l’universalité de l’esport.

J’en profite pour renvoyer aux échanges/commentaires ci-après https://www.linkedin.com/pulse/les-5-conditions-pour-quun-jeu-esport-devienne-une-olympique-dallon qui complètent cette tribune.
Poster un commentaire

Partager