Menu
logo

Une nouvelle étude de PopCap Games montre une croissance explosive des jeux sociaux aux États-Unis et au Royaume-Uni ces 18 derniers mois

Près de 120 millions de personnes jouent à présent à des jeux sociaux chaque semaine, soit une augmentation de 71 % - Un quart des joueurs ont acheté des devises propres aux jeux, soit une augmentation de 86 %


PopCap Games (www.popcap.com), concepteur de certains des jeux vidéo les plus populaires au monde, a dévoilé aujourd'hui les résultats d'une enquête mettant à jour un rapport de 2010 sur les joueurs de jeux sociaux aux États-Unis et au Royaume-Uni. L'enquête a révélé que 118,5 millions de personnes jouent à présent à des jeux sociaux au moins une fois par semaine, soit une augmentation de 71 %. Parmi les autres résultats de la nouvelle enquête, on découvre que les joueurs sont à présent nettement plus enclins à dépenser de l'argent réel pour acheter des contenus dans les jeux sociaux, ainsi, 31 millions de joueurs ont-ils acheté des devises propres aux jeux, soit une augmentation de 86 %.

Etudes jeux vidéo sociauxLe rapport complet, réalisé par Information Solutions Group est disponible en téléchargement sur 2011 PopCap Social Gaming Research.

Le rapport examine les habitudes et comportements des joueurs, et les différences régionales/démographiques parmi les joueurs de jeux sociaux, qui représentent le segment à la croissance la plus rapide du secteur du jeu vidéo. On s'attend à ce que le secteur des jeux sociaux génère cinq milliards de dollars à l'horizon 2015, d'après le cabinet d'études de marché Parks and Associates.

L'étude montre que 30 % des joueurs, soit 35 millions de personnes, qui jouent à présent aux jeux sociaux sont nouveaux dans cette catégorie depuis février 2010, et que 17 % des personnes jouant régulièrement à des jeux sociaux sont totalement débutantes dans les activités de jeu, n'ayant jamais joué auparavant à un jeu vidéo, ce qui représente 20 millions de nouveaux consommateurs de jeux. Et tandis que l'âge moyen des joueurs de jeux sociaux a baissé de 43 à 39 ans, le profil moyen du joueur de jeux sociaux débutant est une femme de plus de cinquante ans.

L'enquête a aussi découvert des différences régionales dans le rapport à la tricherie dans les jeux sociaux, montrant que les joueurs de jeux sociaux au Royaume-Uni (11%) trichent plus que les joueurs des États-Unis (7 %). Une étude approfondie des attitudes et des habitudes des joueurs de jeux sociaux sera proposée dans un rapport séparé à venir.

Les autres conclusions importantes du rapport incluent :

  • 81 millions de personnes, soit 68 % des joueurs de jeux sociaux, jouent à ces jeux au moins une fois par jour
  • 49 millions de personnes, soit 41 % des joueurs de jeux sociaux, jouent à ces jeux plusieurs fois par jour
  • 33 % des joueurs de jeux sociaux qui ont joué à des jeux sur d'autres plates-formes avant de jouer à des jeux sociaux ont déclaré avoir passé moins de temps à jouer à des jeux sur ces autres plates-formes
  • Le pourcentage de femmes jouant à des jeux sociaux est plus important que celui des hommes, 55 % contre 45 %
  • Le pourcentage des joueurs sociaux ayant moins de 30 ans est passé de 19 % à 30 %
  • 20 % de tous les joueurs sociaux aux États-Unis ont plus de 60 ans, en comparaison de seulement 7 % au Royaume-Uni
  • Les jeux sociaux sont un phénomène plus récent au Royaume-Uni, où seulement 38 % de ces joueurs jouent depuis deux ans ou plus, contre 51 % aux États-Unis

Notes et références

Méthodologie de l'enquête

Information Solutions Group a effectué cette recherche exclusivement pour PopCap Games. Les résultats sont basés sur 1201 sondages en ligne effectués par des membres de l'Échantillon Électronique Internet de Toluna aux États-Unis et au Royaume-Uni entre le 15 et le 22 septembre 2011. Sur les 1201 personnes qui ont répondu, 801 (67 %) sont des États-Unis tandis que 400 (33 %) sont du Royaume-Uni. Pour pouvoir participer, les sondés doivent avoir joué à des jeux sociaux pendant plus de 15 minutes par semaine. Ce public jouant à des jeux sociaux était composé de 536 hommes et de 665 femmes. En théorie, dans 19 cas sur 20, les résultats ne vont pas différer de plus de 2,5 pour cent de ceux qui auraient été obtenus si l'on avait recherché et sondé tous les utilisateurs d'Internet aux États-Unis et au Royaume-Uni âgés de 18 ans et plus. Des sous-groupes plus petits reflètent des marges d'erreur d'échantillonnage plus importantes. D'autres sources d'erreur, telles que les variations dans l'ordre des questions ou la formulation au sein du questionnaire, peuvent aussi contribuer à des résultats différents.

Publié le 14 novembre 2011 par Emmanuel Forsans

Commentaires des lecteurs

Soyez le premier à commenter cette information.

Partager