Menu
logo

Les backdoors constituent le graal des pirates informatiques

Par Maitre Antoine Chéron, avocat spécialisé en propriété intellectuelle et NTIC


Antoine ChéronA l'occasion du Forum international sur la cybercriminalité, le gouvernement a réaffirmé sa prise position contre la mise en place d'une " porte dérobée " (dites " backdoor ") dans les logiciels. Décision qu'il convient de saluer dès lors que l'adoption d'une telle mesure aurait conduit au développement du piratage informatique.

Suite aux attentats de Paris, le débat sur le cybersécurité oscillait entre renforcement du chiffrement des données ou mise en place systématique des " portes dérobées " (dites " backdoors ") au sein des logiciels. Il semblerait que le gouvernement ait tranché en faveur du premier, à l'aune du gouvernement néerlandais et à contrecourant notamment de la Chine et de la Grande-Bretagne.

Ces techniques ont pour finalité la lutte contre le terrorisme, via des moyens diamétralement opposés. En effet, dans le premier cas il s'agit d'assurer une protection renforcée des données des citoyens, des entreprises et de l'Etat en vue de limiter l'espionnage. Tandis que, dans le second cas il s'agit de faciliter le décryptage des données appartenant à des organisations terroristes en permettant l'introduction d'une faille au sein de l'ensemble des logiciels.

Pour un renforcement du chiffrement des données

L'article 29 du projet de loi pour une République Numérique confère à la CNIL une nouvelle mission consistant à promouvoir le chiffrement des données. Dans un entretien accordé à l'AFP, Guillaume Poupard, président de l'Agence Nationale de Sécurité des Systèmes Informatiques, confirme que le chiffrement est " un outil indispensable " à la protection des données commerciales, personnelles et stratégiques, et qu'en ce sens il est nécessaire de le promouvoir.

La volonté du gouvernement d'encourager le cryptage des données aura très probablement pour effet le perfectionnement de logiciels créés à cette fin en raison de leur utilisation massive, y compris par les organisations terroristes.

Contre la mise en place de backdoors

La Secrétaire d'Etat au Numérique, Axelle Lemaire, a fait rejeté un amendement au projet de loi pour une République Numérique déposé par Nathalie Kosciusko-Morizet visant à imposer aux concepteurs de systèmes de communication la création d'une backdoor.

Selon Guillaume Poupard, une telle mesure aurait eu pour conséquence d'exposer les logiciels à davantage de vulnérabilités facilitant ainsi le piratage informatique réprimé aux articles 323-1 et suivants du Code pénal. Ces dispositions incriminent l'accès et le maintien dans tout ou partie d'un système informatique, ainsi que l'extraction de données.

Pour ma part, la mise en place systématique d'une backdoor rendrait impossible la condamnation de tels faits au regard du mouvement jurisprudentiel actuel. En effet, le juge écarte l'application des dispositions précitées dès lors que l'accès dans un système informatique ne présentant aucune restriction (code utilisateur, mot de passe) a été rendu possible par l'existence d'une faille de sécurité (CA Paris, 5 février 2014 dite affaire " Bluetouff ").

Notes et références

Antoine CHERON, avocat associé, est docteur en droit de la propriété intellectuelle, avocat au barreau de PARIS et au barreau de BRUXELLES et chargé d'enseignement en Master de droit à l'Université de Assas (Paris II).

Publié le 30 janvier 2016 par Emmanuel Forsans

Commentaires des lecteurs

Soyez le premier à commenter cette information.

Partager